356x237

Artista

Olivier Rocabois

Acerca de Olivier Rocabois

Auteur-compositeur-interprète, chanteur et multi-instrumentiste breton autodidacte, Olivier ROCABOIS naît en 1974 de parents baby-boomers employés de banque. Elève plutôt doué mais turbulent, il abandonnera ses études de droit et d’histoire pour se consacrer à sa passion : la pop anglo-saxonne, les Beatles et leur descendance. Polythéiste et ventriloque, il demeure une énigme pour son entourage. Philanthrope égocentrique, il monte une myriade de groupes à Rennes puis à Paris. Tous ces projets se heurtent à une indifférence polie malgré un vrai talent d’écriture. Olivier crée donc le projet ALL IF en 2008. Nourris au songwriting protéiné d’albums cultes (Ram de Paul McCartney, Giant Steps des Boo Radleys, The Soft Bulletin des Flaming Lips, The Love Below d’Outkast, etc...), ces sorciers du puzzle mégalo-pop, fans absolus du David Bowie transformiste des 70’s, délivraient leur set d’un classicisme insolent. Un orchestre de poche au service de compositions baroques sous influence Beatles / Beach Boys / Divine Comedy. Jamais avare de mélodies raffinées et d’arrangements luxuriants, le groupe offrit sur scène des prestations assez jouissives, mêlant grand élan populaire (on pense à Dexy’s Midnight Runners) et élégance. Des centaines de concerts et une demi-douzaine de disques auto-produits plus tard, l’album Absolute Poetry paraît à l’été 2017 (Pschent Music/Alter K). Antoine Pinchot-Burton et Valentin Pippo Miller assistèrent Olivier dans cette quête d’absolu. Il monte en parallèle un duo de reprises avec le musicien allemand Jan Stümke qui l’accompagne régulièrement sur scène et en studio depuis. Après avoir été successivement (et parfois simultanément) homme-sandwich, hallebardier, éclairagiste, traducteur, agent d’accueil, homme en frac, le griot armoricain revient du diable Vauvert en 2019 avec un 45T solo de toute beauté. Le hit solaire Somewhere In A Nightmare et l’hyper-ballade bowiesque Ship Of Women enluminent cette double face A. Finis les pseudonymes et les prête-noms, il est venu le temps d’arborer fièrement cet étrange patronyme. Le single, publié sous son nom de naissance, fut le prélude à un premier LP en solo Olivier Rocabois Goes Too Far dont la sortie est prévue le 2 avril. Les thèmes de l’album se développent autour de la classique triangulaire amour-sexe-mort. D’autres sujets moins attendus (la sorcellerie, l’ennui provincial vécu comme une bénédiction, la coquetterie en médecine légale) sont aussi abordés. Volontiers autobiographiques, ces chansons parfois sans refrain regorgent de mythes et légendes suburbains (affabulations optionnelles). Les orchestrations sont fastueuses, les timbres polychromes. Le titre de clôture culmine à 100 pistes : la promesse d’un grand mezze pop sera-t-elle tenue ?

356x237

Olivier Rocabois

Auteur-compositeur-interprète, chanteur et multi-instrumentiste breton autodidacte, Olivier ROCABOIS naît en 1974 de parents baby-boomers employés de banque. Elève plutôt doué mais turbulent, il abandonnera ses études de droit et d’histoire pour se consacrer à sa passion : la pop anglo-saxonne, les Beatles et leur descendance. Polythéiste et ventriloque, il demeure une énigme pour son entourage. Philanthrope égocentrique, il monte une myriade de groupes à Rennes puis à Paris. Tous ces projets se heurtent à une indifférence polie malgré un vrai talent d’écriture. Olivier crée donc le projet ALL IF en 2008. Nourris au songwriting protéiné d’albums cultes (Ram de Paul McCartney, Giant Steps des Boo Radleys, The Soft Bulletin des Flaming Lips, The Love Below d’Outkast, etc...), ces sorciers du puzzle mégalo-pop, fans absolus du David Bowie transformiste des 70’s, délivraient leur set d’un classicisme insolent. Un orchestre de poche au service de compositions baroques sous influence Beatles / Beach Boys / Divine Comedy. Jamais avare de mélodies raffinées et d’arrangements luxuriants, le groupe offrit sur scène des prestations assez jouissives, mêlant grand élan populaire (on pense à Dexy’s Midnight Runners) et élégance. Des centaines de concerts et une demi-douzaine de disques auto-produits plus tard, l’album Absolute Poetry paraît à l’été 2017 (Pschent Music/Alter K). Antoine Pinchot-Burton et Valentin Pippo Miller assistèrent Olivier dans cette quête d’absolu. Il monte en parallèle un duo de reprises avec le musicien allemand Jan Stümke qui l’accompagne régulièrement sur scène et en studio depuis. Après avoir été successivement (et parfois simultanément) homme-sandwich, hallebardier, éclairagiste, traducteur, agent d’accueil, homme en frac, le griot armoricain revient du diable Vauvert en 2019 avec un 45T solo de toute beauté. Le hit solaire Somewhere In A Nightmare et l’hyper-ballade bowiesque Ship Of Women enluminent cette double face A. Finis les pseudonymes et les prête-noms, il est venu le temps d’arborer fièrement cet étrange patronyme. Le single, publié sous son nom de naissance, fut le prélude à un premier LP en solo Olivier Rocabois Goes Too Far dont la sortie est prévue le 2 avril. Les thèmes de l’album se développent autour de la classique triangulaire amour-sexe-mort. D’autres sujets moins attendus (la sorcellerie, l’ennui provincial vécu comme une bénédiction, la coquetterie en médecine légale) sont aussi abordés. Volontiers autobiographiques, ces chansons parfois sans refrain regorgent de mythes et légendes suburbains (affabulations optionnelles). Les orchestrations sont fastueuses, les timbres polychromes. Le titre de clôture culmine à 100 pistes : la promesse d’un grand mezze pop sera-t-elle tenue ?

Acerca de Olivier Rocabois

Auteur-compositeur-interprète, chanteur et multi-instrumentiste breton autodidacte, Olivier ROCABOIS naît en 1974 de parents baby-boomers employés de banque. Elève plutôt doué mais turbulent, il abandonnera ses études de droit et d’histoire pour se consacrer à sa passion : la pop anglo-saxonne, les Beatles et leur descendance. Polythéiste et ventriloque, il demeure une énigme pour son entourage. Philanthrope égocentrique, il monte une myriade de groupes à Rennes puis à Paris. Tous ces projets se heurtent à une indifférence polie malgré un vrai talent d’écriture. Olivier crée donc le projet ALL IF en 2008. Nourris au songwriting protéiné d’albums cultes (Ram de Paul McCartney, Giant Steps des Boo Radleys, The Soft Bulletin des Flaming Lips, The Love Below d’Outkast, etc...), ces sorciers du puzzle mégalo-pop, fans absolus du David Bowie transformiste des 70’s, délivraient leur set d’un classicisme insolent. Un orchestre de poche au service de compositions baroques sous influence Beatles / Beach Boys / Divine Comedy. Jamais avare de mélodies raffinées et d’arrangements luxuriants, le groupe offrit sur scène des prestations assez jouissives, mêlant grand élan populaire (on pense à Dexy’s Midnight Runners) et élégance. Des centaines de concerts et une demi-douzaine de disques auto-produits plus tard, l’album Absolute Poetry paraît à l’été 2017 (Pschent Music/Alter K). Antoine Pinchot-Burton et Valentin Pippo Miller assistèrent Olivier dans cette quête d’absolu. Il monte en parallèle un duo de reprises avec le musicien allemand Jan Stümke qui l’accompagne régulièrement sur scène et en studio depuis. Après avoir été successivement (et parfois simultanément) homme-sandwich, hallebardier, éclairagiste, traducteur, agent d’accueil, homme en frac, le griot armoricain revient du diable Vauvert en 2019 avec un 45T solo de toute beauté. Le hit solaire Somewhere In A Nightmare et l’hyper-ballade bowiesque Ship Of Women enluminent cette double face A. Finis les pseudonymes et les prête-noms, il est venu le temps d’arborer fièrement cet étrange patronyme. Le single, publié sous son nom de naissance, fut le prélude à un premier LP en solo Olivier Rocabois Goes Too Far dont la sortie est prévue le 2 avril. Les thèmes de l’album se développent autour de la classique triangulaire amour-sexe-mort. D’autres sujets moins attendus (la sorcellerie, l’ennui provincial vécu comme une bénédiction, la coquetterie en médecine légale) sont aussi abordés. Volontiers autobiographiques, ces chansons parfois sans refrain regorgent de mythes et légendes suburbains (affabulations optionnelles). Les orchestrations sont fastueuses, les timbres polychromes. Le titre de clôture culmine à 100 pistes : la promesse d’un grand mezze pop sera-t-elle tenue ?

Acerca de Olivier Rocabois

Auteur-compositeur-interprète, chanteur et multi-instrumentiste breton autodidacte, Olivier ROCABOIS naît en 1974 de parents baby-boomers employés de banque. Elève plutôt doué mais turbulent, il abandonnera ses études de droit et d’histoire pour se consacrer à sa passion : la pop anglo-saxonne, les Beatles et leur descendance. Polythéiste et ventriloque, il demeure une énigme pour son entourage. Philanthrope égocentrique, il monte une myriade de groupes à Rennes puis à Paris. Tous ces projets se heurtent à une indifférence polie malgré un vrai talent d’écriture. Olivier crée donc le projet ALL IF en 2008. Nourris au songwriting protéiné d’albums cultes (Ram de Paul McCartney, Giant Steps des Boo Radleys, The Soft Bulletin des Flaming Lips, The Love Below d’Outkast, etc...), ces sorciers du puzzle mégalo-pop, fans absolus du David Bowie transformiste des 70’s, délivraient leur set d’un classicisme insolent. Un orchestre de poche au service de compositions baroques sous influence Beatles / Beach Boys / Divine Comedy. Jamais avare de mélodies raffinées et d’arrangements luxuriants, le groupe offrit sur scène des prestations assez jouissives, mêlant grand élan populaire (on pense à Dexy’s Midnight Runners) et élégance. Des centaines de concerts et une demi-douzaine de disques auto-produits plus tard, l’album Absolute Poetry paraît à l’été 2017 (Pschent Music/Alter K). Antoine Pinchot-Burton et Valentin Pippo Miller assistèrent Olivier dans cette quête d’absolu. Il monte en parallèle un duo de reprises avec le musicien allemand Jan Stümke qui l’accompagne régulièrement sur scène et en studio depuis. Après avoir été successivement (et parfois simultanément) homme-sandwich, hallebardier, éclairagiste, traducteur, agent d’accueil, homme en frac, le griot armoricain revient du diable Vauvert en 2019 avec un 45T solo de toute beauté. Le hit solaire Somewhere In A Nightmare et l’hyper-ballade bowiesque Ship Of Women enluminent cette double face A. Finis les pseudonymes et les prête-noms, il est venu le temps d’arborer fièrement cet étrange patronyme. Le single, publié sous son nom de naissance, fut le prélude à un premier LP en solo Olivier Rocabois Goes Too Far dont la sortie est prévue le 2 avril. Les thèmes de l’album se développent autour de la classique triangulaire amour-sexe-mort. D’autres sujets moins attendus (la sorcellerie, l’ennui provincial vécu comme une bénédiction, la coquetterie en médecine légale) sont aussi abordés. Volontiers autobiographiques, ces chansons parfois sans refrain regorgent de mythes et légendes suburbains (affabulations optionnelles). Les orchestrations sont fastueuses, les timbres polychromes. Le titre de clôture culmine à 100 pistes : la promesse d’un grand mezze pop sera-t-elle tenue ?

Disponible en iOS, Android, Windows y Web

Música ilimitada en cualquier lugar. Millones de canciones y todos los géneros.

Disponible en iOS, Android, Windows y Web